Istanbul fait partie des plus grandes villes du monde où l’Asie rencontre l’Europe et où l’islam rencontre le christianisme. Cette diversité se reflète également dans sa cuisine de rue : incroyable, savoureuse et pour tous les goûts. Vous ne pouvez pas marcher plus d’un kilomètre sans rencontrer un ou plusieurs marchands ambulants et une douzaine de snacks ou kiosques.

La nourriture de rue à Istanbul est unique et très bon marché, elle reflète la tradition et le mode de vie des Turcs : manger dans la rue fait partie de la vie quotidienne des Stambouliotes. Il est donc fortement conseillé de ne pas trop s’attarder dans les restaurants de luxe, surtout si vous avez très peu de temps pour découvrir la ville. Au lieu de cela, parcourez les rues et vous découvrirez de délicieux plats aux saveurs uniques et étonnantes. À Istanbul, l’un des meilleurs atouts de la street food c’est qu’elle est disponible 7j/7 et 24h/24. De l’emblématique simit à un sandwich au poisson au bord du Bosphore, il ne sera donc pas difficile de trouver quelque chose à manger, même tard dans la nuit ou très tôt le matin.

1
©commons.wikimedia.org/Benreis

Simit, le bagel turc

Semblable à un bagel ou à un bretzel, ce pain rond moelleux est recouvert de graines de sésame, qui donnent un goût noisette (il existe également des variantes aux graines de pavot, de lin ou de tournesol). Il s’agit de l’une des collations les moins chères et les plus populaires dans les rues d’Istanbul : vous en trouverez sur des chariots rouges, empilés sur des plateaux sur la tête des vendeurs, ou dans les boulangeries dans presque tous les coins de la ville ! Le simit a une longue histoire à Istanbul puisque les écrits montrent que ce petit pain est produit dans la ville depuis 1525.

Le simit se mange nature, comme collation sur le pouce ou avec une tasse de thé au petit-déjeuner, avec du fromage ou de la charcuterie, de la confiture ou de la pâte à tartiner ; c’est un incontournable à Istanbul.

 Retour au Sommaire 

2
©commons.wikimedia.org/Benreis

Balik-Ekmek, le sandwich de poisson grillé

Voici un incontournable de la rue que vous ne pouvez manquer à Istanbul, surtout si vous aimez manger du poisson : le balık-Ekmek, un sandwich au filet de poisson grillé (généralement du maquereau) accompagné d’oignons, de tomates, de persil et de salade. Son goût unique vient de la sauce qui est un mélange de jus de citron, de sel et de cornichons appelé turşu. Le balık-ekmek remonte au 19ème siècle. À l’époque, chaque fois que les pêcheurs avaient une bonne pêche, ils installaient des barbecues de fortune sur leurs bateaux afin de servir à leurs clients du poisson frais grillé avec du pain, et arrondir leur fin de mois. De nos jours, les vendeurs les plus célèbres servent les balık-ekmek depuis des bateaux à Eminönü, à côté du pont de Galata, mais vous en trouverez tout le long du Bosphore. Même si vous êtes tenté de vous asseoir dans certains restaurants pour déguster ce met, il est conseillé de l’acheter dans la rue et de l’apprécier tout en restant debout.

Bien que ce soit un aliment très connu à Istanbul, il convient de noter que presque tous les étals utilisent de nos jours du poisson importé et non pêché localement. Les sandwichs sont généralement constitués de beaucoup de pain et de très peu de poisson.

 Retour au Sommaire 

3
©shutterstock.com/Dudits

Kokoreç, le sandwich aux abats

 

Le kokoreç, qui consiste en des intestins de mouton grillés avec des tomates, des poivrons verts, assaisonnés d’épices (goût très relevé) et rôtis sur un pic rotatif à la vertical, est un en-cas traditionnel. Également présent dans les pays des Balkans, le kokoreç est un aliment de rue populaire et particulièrement apprécié après une soirée bien arrosée.

Il existe des termes spécifiques pour définir la taille du pain, par exemple demander un Yarım Ekmek Kokoreç si vous voulez vos abats dans un demi-pain, ou un Çeyrek Ekmek Kokoreç si vous les voulez dans un quart de pain. Il peut être aussi servi sans pain, dans assiette, comme un repas normal. Le kokoreç est généralement servi avec de l’Ayran, de la bière ou du Cola.

 Retour au Sommaire 

4
©pixabay.com/hutchrock-2563315/

Döner Kebab, le sandwich le plus célèbre de Turquie

Le Döner Kebab est probablement l’aliment de rue turc le plus connu vendu dans les autres pays. Bien aimé par les personnes en état d’ébriété du monde entier, Istanbul est l’endroit idéal pour se procurer un authentique kebab. Un kebab consiste en une pile verticale de viande en rotation, qui est rasée une fois qu’elle est croustillante sur les bords. Il est ensuite servi emballé dans du pain lavash, du pain pita ou un pain sandwich classique. La garniture comprend des tomates, des oignons, de la laitue, des concombres marinés et du piment. La viande peut être du poulet, de l’agneau ou du bœuf.

Le Cag Kebab Contrairement au Döner Kebab, le Cağ kebab est un kebab d’agneau empilé horizontalement. Il est préparé et cuit à la broche tournante avant que la viande ne soit rasée et servie. La viande est généralement marinée dans des épices, ce qui lui donne plus de goût qu’un kebab ordinaire. Quand il est servi, il est souvent empilé sur une brochette plus petite, appelée « bico ». Il est servi avec un morceau de pain plat et a un goût fabuleux quand on le trempe dans de l’ezme, une salade composée de de tomates, de poivrons verts, de concombres, d’oignons, d’huile d’olive, de vinaigre, de paprika, de menthe sèche, de poivre et de sel.

 Retour au Sommaire 

5
©shutterstock.com/annare

Dürüm, le wrap turc

Voici un burrito turc, mais sans le riz et avec une tonne de viande : le dürüm est un repas rapide pour ceux qui sont pressés. Le poulet, l’agneau ou le bœuf à l’intérieur est cuit lentement et placé dans un wrap avec de la salade, du fromage et des légumes pour lui donner plus de texture. Le pain utilisé pour le wrap est généralement du lavash (fine galette moelleuse faite de farine, de sel et d’eau), bien que parfois on utilise aussi de la pâte à pide. La sauce – généralement à base de yogourt, lie parfaitement tous les ingrédients en une expérience culinaire délicieuse.

Bien que vous puissiez l’obtenir dans la plupart des restaurants d’Istanbul, les meilleurs d’entre eux proviennent toujours d’étals de rue et de petits restaurants de la ville. Les végétariens peuvent trouver des dürum avec de la pomme de terre ou des légumes. Certains vendeurs de dürüm font griller le dürüm avant de le servir – cela lui donne un petit goût supplémentaire.

Le Tantuni, la variante du Dürum Le tantuni est un plat traditionnel de la province de Mersin. Cependant, son goût délicieux a pris d’assaut tout le pays. Il est fabriqué à partir de viande rouge hachée, d’épices et de poivrons rouges et est servi dans du pain lavash. Le tantuni traditionnel est très épicé, les habitants de Mersin considèrent que le tantuni original est celui qui brûle les lèvres.

 Retour au Sommaire 

6
©commons.wikimedia.org/E4024

Lahmacun, la pizza à la turque

Souvent désignée par les touristes comme «pizza turque», le lahmacun est un repas très simple composé de pâte fine recouverte d’un mélange de viande hachée (généralement du bœuf ou de l’agneau), d’oignons et de poivrons rouges, que l’on glisse au four pendant quelques minutes et qui est servie bien chaude. Il est de coutume de garnir le lahmacun d’une poignée de persil et d’un jus de citron, puis de le rouler en wrap et de le savourer avec un verre d’ayran froid.

Pour une version végétarienne, les vendeurs utilisent généralement des ingrédients tels que des cornichons, des tomates, des poivrons, des oignons, de la laitue et des aubergines grillées.

 Retour au Sommaire 

7
©commons.wikimedia.org/E4024

Köfte, les boulettes de viande

Les boulettes de viande en Turquie sont de toutes tailles et de toutes formes. Elles sont faites de viande hachée (agneau, bœuf ou les deux), d’herbes et d’épices. Vous pouvez les trouver dans la plupart des restaurants d’Istanbul ainsi que dans les établissements de restauration rapide où elles se nomment köfte ekmek (sandwich aux boulettes de viande).

 Retour au Sommaire 

8
©ommons.wikimedia.org/Sakhalinio

Midye Dolma, les moules farcies

Qui aurait pu deviner que les moules seraient l’un des aliments les plus consommés dans la rue à Istanbul ? Lorsque vous vous promenez dans Istanbul, vous pouvez voir des étals de moules farcies de riz à chaque coin de rue.

Les moules sont farcies de riz épicé aromatique, de pignons de pin et de groseilles et servies avec un quartier de citron sur le côté. Vous saupoudrez ensuite les moules de de jus de citron avant de les manger. C’est un snack célèbre de fin de soirée. Il existe deux méthodes pour manger des Midye Dolma. Vous pouvez dire au vendeur combien vous voulez de moules, prendre l’assiette et partir avec, mais ce n’est pas la manière traditionnelle de les déguster. En général, les gens se tiennent juste devant le vendeur, mangent autant de moules qu’ils le veulent/peuvent et font savoir au vendeur quand ils en ont assez. Après cela, ce dernier comptera les coquilles de moules vides et vous donnera l’addition. Attention à ne pas avoir les yeux plus gros que le ventre, car avec le riz ça devient un plat très bourratif.

 Retour au Sommaire 

9
©kartoffelschmiede.de

Kumpir, la pomme de terre au four

La pomme de terre au four est connue sous le nom de kumpir en Turquie, Ortaköy étant le quartier le plus prisé de la ville pour en manger. Dès que vous verrez la rangée de vendeurs de kumpir, chacun essayant de vous faire signe pour venir manger chez eux, vous saurez que vous avez trouvé le bon endroit. Après avoir coupé en deux une pomme de terre au four, celle-ci est mélangée à une quantité importante de beurre et de fromage. On recouvre ensuite ce mélange d’une myriade de garnitures comme du fromage kaşar, de la viande, du maïs, des olives, de la salade, de la mayonnaise, des pois et des carottes…; les possibilités et les combinaisons sont infinies en matière de kumpir.

 Retour au Sommaire 

10
©commons.wikimedia.org/Maxim75

Pide, le bateau pizza

La pide est une délicieuse pâte cuite au four en forme de bateau, contenant de nombreux ingrédients, allant de la viande hachée aux épinards, en passant par les œufs, le fromage peynir (au lait de brebis) et la sucuk (saucisse de boeuf épicée et très salée) ainsi qu’aux kuşbaşı (petits cubes de viande de veau assaisonnée). C’est le casse-croûte idéal à emporter lorsque vous explorez la ville. Vous pouvez l’acheter à un prix abordable auprès de n’importe quel marchand de rue.

Différences entre Pide, Pizza et Lahmacun On pourrait dire que la principale différence entre la pide et la pizza est que la première ne contient pas de sauce tomate. Par ailleurs bien que la pide ressemble à un lahmacun, ils ne sont pas identiques. La pide a une base en forme de bateau et ne contient pas d’ingrédients spécifiques comme le lahmacun. Avec la pide on peut choisir de nombreuses combinaisons d’ingrédients en fonction de nos goûts !

 Retour au Sommaire 

11
©commons.wikimedia.org/Gaziantep lezzetleri

Içli Köfte, les boulettes de viande farcies

Içli köfte signifie littéralement «boulettes de viande farcies» et consiste en une coquille de boulgour farcie de viande hachée, d’épices, d’oignons et parfois de noix. La viande utilisée pour la farce est généralement du bœuf ou de l’agneau. Ces boulettes sont incroyablement copieuses, alors ne faites pas l’erreur d’en commander une grande quantité, quelle que soit votre faim.

Il est courant de trouver ces boulettes de viande dans les étals des rues d’Istanbul, en particulier autour du Grand Bazar. Cependant le meilleur endroit pour déguster des içli köfte est sans aucun doute Sabırtaşı. Sabırtaşı est probablement l’un des restaurants les plus emblématiques d’Istanbul et vend des içli köfte depuis 1987.

 Retour au Sommaire 

12
©flickr.com/nsalt

Gözleme, la crêpe salée fourrée

Comme beaucoup de fast-food d’Istanbul, ces crêpes savoureuses roulées à la main trouvent leur origine en Anatolie. Elles sont meilleures lorsqu’elles sont remplies et grillées à la demande. La pâte finement roulée est pliée autour des garnitures de votre choix (feuilles de blettes, fromage blanc, pommes de terre, oignons ou viande), puis assaisonnée de beurre pendant la cuisson.

Autre pâtisserie salée, la Pogaça La poğaça est une délicieuse pâtisserie salée que les Turcs mangent au petit-déjeuner, au brunch, au déjeuner et au goûter, pratiquement n’importe où et à tout moment. Elle est faite d’une pâte levée, ressemblant à la foccacia, et fourrée de diverses garnitures telles que différents types de fromage, olives, pommes de terre, viande hachée etc.

 Retour au Sommaire 

13
©pxhere.com

Tursu, les conserves marinées

Les Turcs conservent les fruits et les légumes (Turşu) dans un état particulier pendant environ un an et produisent de délicieuses conserves marinées. Les légumes marinés sont très populaires en Turquie, en particulier pendant la saison hivernale. Ils accompagnent à merveille de nombreux plats turcs.

Les boutiques historiques de la ville vendent toutes sortes de produits marinés, des prunes aux tomates en passant par l’ail et aux épis de maïs entiers. Selon les fabricants les conserves seront marinées avec du sel, du vinaigre ou de la saumure. Vendues dans les rues et dans les petits magasins, vous trouverez différents types de conserves marinées tout autour d’Istanbul. Beaucoup de magasins vous proposeront d’en consommer sur place. Il est préférable d’essayer dans un petit verre avant d’acheter.

Essayer le TurSu Suyu, le jus cornichon Peu importe si vous buvez le jus de cornichon avec du citron ou du vinaigre, il s’agit d’une alternative aux boissons de la rue très traditionnelle et très appréciée, bien que ce ne soit qu’un sous-produit de la fabrication des légumes marinés. Cette boisson, très salée, peut brûler au début, mais plus tard, elle apporte un soulagement notable et rafraîchit le corps. Une autre option consiste à prendre une bouteille de salgam suyu, communément appelée «eau de navet». C’est un jus de couleur pourpre, un peu épicée, un peu acide et un peu étrange. Mais ça vaut vraiment la peine d’essayer !

 Retour au Sommaire 

14
©shutterstock.com/alpakksoy

Islak Burger, le hamburger humide

Ce n’est pas un hamburger classique, mais plutôt un mini-hamburger trempé dans une sauce tomate à l’oignon ou à l’ail et cuit à la vapeur. Son goût est tellement irrésistible qu’il n’est pas possible d’en manger qu’un seul. Son prix est également moins cher que de nombreux autres fast-foods. Vous trouverez les sites les plus populaires pour cette spécialité près de la place Taksim à Istanbul. Les hamburgers humides connaissent une consommation croissante sans surprise à l’heure de fermeture des bars.

 Retour au Sommaire 

15
©pixabay.com/alanyadk-1919646/

Börek, les lasagnes feuilletées turques

Venant de la période ottomane, le börek occupe une place particulière parmi les plats de rue classiques. Rempli de fromage (peynirli börek), de pommes de terre (patatesli börek), de bœuf haché (kıymalı börek) ou d’épinards (Ispanaklı börek) entre plusieurs fines couches croustillantes de pâte phyllo, il s’agit d’une option délicieuse à envisager, principalement au petit-déjeuner, en repas complet ou en collation rapide. Vous en trouverez sur de nombreux chariots, mais il y a aussi des petites et grandes boutiques appelées börekçi tout autour d’Istanbul.

 Retour au Sommaire 

16
 Nohutlu Pilav ©shutterstock.com/alpakksoy

Pilav, le riz au poulet ou aux pois chiches

Avez-vous déjà pensé manger du riz au coin d’une rue ? Probablement pas, mais à Istanbul, un grand nombre de personnes ne jurent que par ça. C’est rapide, chaud et copieux. Des stands de rue partout à Istanbul le servent avec du poulet, des pois chiches et d’autres garnitures, toujours avec du riz empilé dans une vitrine en verre. “Unkapanı Pilavcısı” est très célèbre et il peut parfois y avoir une file d’attente devant le magasin.

Nohutlu Pilav = riz aux pois chiches
Tavuklu Nohutlu Pilav = Poulet avec riz aux pois chiches

 Retour au Sommaire 

17
©shutterstock.com/alpakksoy

Dilli Kasarli Tost, le sandwich toasté à la langue de bœuf

Si vous voulez quelque chose de lourd et que vous aimez la viande, cet aliment de rue est fait pour vous. Le Dilli Kaşarlı Tost est un sandwich grillé qui contient beaucoup de fromage et de langue de bœuf. Cet aliment est considéré à Istanbul comme un aliment anti-gueule de bois, puisqu’il est généralement consommé debout autour de la place Taksim dans une brume induite par le rakı. Le sandwich n’est pas strictement réservé aux personnes en état d’ébriété, et de nombreux cafés en servent toute la journée, mais sa consommation augmente lorsque les bars de Beyoğlu ont fermé leurs portes et que les foules convergent vers le sud-ouest de Taksim pour des en-cas très absorbants.

 Retour au Sommaire 

18
©pixabay.com/iglobalweb-4510475/

Çig Köfte, le steak tartare sans viande

Traduit littéralement par « boulettes de viande crues« , çiğ köfte est une spécialité appréciée dans l’alimentation de rue du sud-est de la Turquie, en particulier des Adıyaman et des lanlıurfa. Le çiğ köfte est préparé à l’origine à partir de boulgour, d’oignons, de tomates, de poivrons, d’épices, de piment et de viande hachée crue. Le mélange se pétrit à la main comme une pâte avec beaucoup d’épices pour que la viande soit cuite. Bien que ce soit la recette traditionnelle, la version que vous trouverez dans les rues et dans les petits magasins d’Istanbul vendent des çiğ köfte sans viande, en raison des règles d’hygiène. Voici donc aujourd’hui un aliment de rue totalement végétarien. La meilleure façon de manger du çiğ köfte est de rouler la boulette dans une feuille de laitue et de presser un peu de citron dessus. Demandez du nar ekşisi, du sirop de grenade, ou du piment si vous voulez corser le goût.

Traditionnellement le premier köfte est savouré immédiatement en attendant que le vendeur ait fini de préparer le reste de votre commande. Il existe également une version wrap si vous le souhaitez. C’est une des options les moins chères si vous avez très faim, et que vous aimez les mets épicés !

 Retour au Sommaire 

19
©pxhere.com

Kestane & Misir, les châtaignes et maïs grillés

Tout autour des principaux sites touristiques, vous trouverez des vendeurs vendant des châtaignes (Kestane) et du maïs (Mısır) grillés.

La kestane rôtie (châtaigne) est peut-être un aliment d’hiver traditionnel en Europe, mais ici à Istanbul, elle constitue l’un des en-cas les plus répandus dans la rue. La Turquie est l’un des trois plus grands producteurs de châtaigniers au monde, avec une récolte annuelle de plus de 60 000 tonnes, et la torréfaction des châtaignes est une tradition dans le pays. Elle a presque un sens nostalgique chez les personnes d’un certain âge car elle fait ressortir les souvenirs d’enfance de l’hiver. Avant que le chauffage central ne devienne populaire, les poêles étaient utilisés. Les nuits d’hiver, il était de coutume de se rassembler autour du poêle et de faire griller des châtaignes. Cette tradition est toujours vivante et les châtaignes grillées sont une délicieuse façon de se réchauffer pendant les journées froides d’Istanbul. Vous trouverez des vendeurs dans toute la ville, surtout sur la İstiklal Caddesi. Attention, autour des sites touristiques, les châtaignes ne sont pas particulièrement bien grillées, de sorte qu’elles peuvent être presque crues quand vous les mangez.

Pour le maïs deux options s’offrent à vous : vous pouvez choisir un épis grillé ou bouilli. Mettez du sel ou des épices dessus et dégustez ! Ce snack populaire est presque exclusivement vendu pendant les mois d’été par les vendeurs de rue avec leurs chariots à roulettes.

 Retour au Sommaire 

20
©shutterstock.com/alabaster

Dondurma, la crème glacée turque

Cela peut ressembler à une glace normale et même à un goût de glace normale, mais la dondurma a une texture qui ne ressemble à aucune autre glace au monde. La dondurma est épaisse, caoutchouteuse et ne fond pas facilement. En effet, en plus des ingrédients classiques d’une crème glacée la dondurma est faite avec du salep, une farine fabriquée avec des bulbes d’orchidées sauvages séchés qui ne poussent qu’en Turquie. Le salep — de l’arabe saleb qui signifie « testicule de renard » — contient une sorte d’amidon qui donne à la glace cette consistance élastique très particulière permettant de l’étirer à l’infini. C’est pourquoi les vendeurs de dondurma ont tendance à s’amuser avec les clients sans méfiance qui voient leur glace disparaître de son cornet juste devant leurs yeux. Vous devez faire l’expérience de cela pour comprendre de quoi l’on parle ! Alors, quand vous serez à Istanbul, approchez-vous de n’importe quel magasin ou chariot de dondurma et attendez que le spectacle commence. La chaîne de cafés Mado est présente dans tout Istanbul et sert de très bons exemples de crème glacée turque.

La dondurma est généralement servie dans un cornet ou en tranches sur une assiette. Une glace turque peut être assez chère donc préférer prendre une seule saveur plutôt que d’accepter un «mélange» qui triplera rapidement le prix. Les saveurs classiques sont la pistache et le kaymak, une crème obtenue à partir du lait de buffle.

La boisson au Salep Un matin d’hiver ou durant une nuit froide, le salep est la meilleure boisson sucrée, chaude et lactée pour récupérer la température de votre corps et vous remonter le moral. Le salep est généralement consommé avec de la cannelle, qui équilibre le taux de sucre dans le sang. Comme il a un prix très bas et un bon goût, il est très populaire parmi la société turque.

 Retour au Sommaire 

21
Lokma ©flickr.com/avlxyz

Lokma / Halka / Tulumba, les beignets frits

Depuis toujours, les desserts lokma, tulumba et halka sont des desserts de rue populaires originaires de la période ottomane ; ce sont tous des pâtisseries imbibées de sirop ou de miel, aux goûts similaires mais aux formes différentes. Ils sont parfois saupoudrés de pistache. L’extérieur est légèrement craquant, tandis que l’intérieur est aéré et moelleux. Le dessert traditionnel s’apprécie le plus souvent quand il est fraîchement sorti de la friteuse, mais veillez à ne pas vous brûler la langue sur la pâte très chaude.

Tulumba et Halka

 Retour au Sommaire 

22
©ssinemt.blogspot.com

Buzlu Badem, les amandes glacées

Buzlu Badem littéralement « amandes glacées » est un aliment de rue bien connu, généralement servi autour des bars ou des restaurants. Il s’agit simplement d’un plateau avec un gros glaçon et des amandes fraîches. Ces amandes fraîches ont été laissées dans l’eau pendant quelques heures et sont servies sur de la glace. C’est ne collation délicieuse pour accompagner vos boissons ; les amandes glacées donnent également un regain d’énergie. Vous en trouverez assez facilement près des endroits bondés au bord du Bosphore.

 Retour au Sommaire 

23
©shutterstock.com/alpakksoy

Kagit Helva, la friandise préférée des enfants

Voici la friandise de rue préférée des enfants. La kağıt helva est une sorte de gaufrette ronde vendue dans des sacs en plastique. Son nom signifie littéralement « Helva de papier ». Elle a généralement une couleur jaune pâle, mais il en existe aussi de colorées. La kağıt helva peut se manger seule, ou dans en sandwich avec des boules de glace.

Autre friandise adorée par les enfants, la barbe à papaPartout dans les rues d’Istanbul vous trouverez des vendeurs de Pamuk şeker (barbe à papa). Bien connu dans le monde entier, ce bonbon coloré en forme de nuage est une sorte de sucre filé. Aujourd’hui, vous trouverez plus souvent la barbe à papa sous sac plastique plutôt qu’un vendeur avec la véritable machine à filer le sucre. Aliment de rue nostalgique pour beaucoup, la barbe à papa est le moyen le moins cher d’ajouter de la couleur à votre journée.

 Retour au Sommaire 

24
©commons.wikimedia.org/Nosferatü

Macun, la pâte magique et sucrée ottomane

Avec son apparence multicolore rappelant l’arc-en-ciel, la pâte ottomane macun est une confiserie traditionnelle qui remonte aux temps les plus anciens. Elle est généralement préférée par les enfants et servie en enroulant la pâte sur un bâton en bois, en sucette. Cette sucrerie est composée de 41 plantes et épices, ainsi qu’avec du miel.

Dans la préparation du macun, vous trouverez notamment les épices et saveurs suivantes : anis, cannelle, clou de girofle, safran, cumin, curcuma, fleur d’oranger, cardamone, gingembre, noix de coco, myrrhe, poivre noir, réglisse, coriandre, cannelier de Chine, graines de moutarde…

Selon la légende, elle posséderait des pouvoirs magiques de guérison. En effet, l’épouse de Sélim Ier et mère de Soliman le Magnifique, tomba malade à Manisa. Le sultan demanda alors à son médecin, de trouver un remède pour la guérir… C’est ainsi que ce dernier prépara une pâte sucrée composée de 41 plantes et épices, et de miel, enroulée sur un bâtonnet que la sultane suçota durant quelques jours, jusqu’à guérison. Le Sultan demanda alors à ce que cette pâte miraculeuse soit distribuée à la population.

Du 21 au 24 mars, le macun a son festival dans les rues de Manisa (située à 430 km d’Istanbul) !

 Retour au Sommaire 

25
©commons.wikimedia.org/E4024

Açma, le donut turc

Presque tous les vendeurs de rue de simit vendent également de l’açma. Ce dernier est plus moelleux qu’un simit et rappelle plutôt un pain donut qu’un bagel. Vous pouvez demander au vendeur de vous le servir avec du beurre de cacahuète ou du Nutella. Vous pouvez également l’avoir avec une tasse de thé turc pour bien commencer la matinée. Certains vendeurs proposent également du fromage, des concombres, des olives et des tomates, en accompagnement.

 Retour au Sommaire 

26
©flickr.com/tomislavmedak/

Ayran, la boisson à base de yaourt

L’ayran n’est probablement pas quelque chose que achèterez seul, mais plutôt quelque chose que vous dégusterez avec l’un des plats figurant au-dessus. Fabriqué avec une base de yogourt savoureux et du sel, l’ayran a une saveur très forte et distincte qui rappelle peut-être un lassi non sucré ou du babeurre. Cette boisson est très utile pour calmer le feu des repas très épicés.

 Retour au Sommaire 

27
©pixabay.com/balt-473089/

Meyve Suyu, les jus de fruits frais

Meyve Suyu signifie « jus de fruits » en turc. Presque aussi omniprésents que les vendeurs de simit dans les rues d’Istanbul, les stands de jus de fruits se trouvent dans presque tous les quartiers de la ville.

Les kiosques à fruits décorés d’énormes piles d’oranges et de grenades, dont certaines sont ouvertes pour montrer leur fraîcheur, sont monnaie courante à Istanbul. Ces kiosques sont parfaits pour déguster un jus de fruits frais pressé juste devant vous ! L’orange et la grenade sont de loin les choix les plus populaires, mais certains vendeurs auront tout un éventail de fruits et de combinaisons à essayer. Vous pouvez également vous régaler de fruits frais. Par exemple, des tranches d’ananas sur des bâtonnets sont vendues partout. Eloignez-vous des zones ultra touristiques pour payer votre jus de fruits moins cher.

 Retour au Sommaire 

28
©flickr.com/wneuheisel/

Boza, la boisson hivernale au millet

Cette boisson fermentée de saison apparaît de diverses manières, des Balkans à l’Asie centrale. À Istanbul, le boza est fabriqué à partir de millet bouilli, broyé et filtré. Le résultat est une boisson nutritive épaisse et fermentée. Elle est généralement consommée avec des pois chiches grillés et de la cannelle, et est considérée comme un dessert de rue bon marché.

Popularisé pendant la période ottomane, le boza est fabriqué principalement en hiver et est vendu par des vendeurs ambulants, ainsi que dans de petits magasins ou cafés.

 Retour au Sommaire 

29
©pixabay.com/activedia-665768/

Kahvesi, le café turc

Saviez-vous que ce sont en réalité les Ottomans qui ont introduit le café en Europe ? Le café fait partie intégrante de la culture turque depuis des centaines d’années. C’est pourquoi vous ne pouvez voyager à Istanbul sans prendre une tasse. Pour le café turc, les grains de café sont moulus très finement avant d’être portés à ébullition dans de l’eau. Le sucre est ajouté au stade de la cuisson et vous ne pouvez pas l’ajouter par la suite. Vous pouvez avoir la possibilité de commander un café non sucré (sade kahve), moyennement-sucré (orta sekerli) ou un café très sucré (tatli). Les Turcs ne mettent jamais de lait dans leur café, de ce fait le café est très fort, épais et noir et est généralement servi avec des Turkish Delight (loukoum), des gâteaux ou des baklavas.

Enfin, il est conseillé de laisser un fond de café dans la tasse pour ne pas avoir à avaler le marc qui reste au fond et qui n’est pas très agréable. Vous trouverez du café n’importe où dans Istanbul, du restaurant, à la rue en passant par les bars à narguilés.

 Retour au Sommaire 

30
©pixabay.com/fotorain-7829839/

Çay, le thé turc

Le çay en Turquie n’est pas qu’une boisson, c’est un état d’esprit tout entier : un synonyme d’hospitalité turque. Le thé turc est servi dans de petits verres en forme de tulipe reposant sur des soucoupes colorées. Vous pouvez déguster un verre de thé pratiquement partout et à tout moment à Istanbul. En fait, vous ne commandez même pas de thé à Istanbul ; en effet, dès que vous êtes assis dans un café, un snack-bar ou même à bord d’un ferry, un serveur arrive avec un plateau rempli de petits verres pour servir tout le monde.

Le çay est un thé noir fort souvent servi avec un petit morceau de sucre sur le côté de la tasse. Si vous souhaitez changer de goût, pensez à essayer le thé à la grenade !

CONSEIL : les thés servis aux bars du Grand Bazar sont généralement plus chers que dans le reste de la ville.

 Retour au Sommaire 

CET ARTICLE PEUT VOUS INTÉRESSER