Le Best of 2017 de Lonely Planet place Bordeaux à la tête du classement des villes les plus attractives.

Moins agitée que Paris, mais tout aussi belle, Bordeaux avait déjà remporté le titre de Meilleure Destination Européenne en 2015. Et pour cause, la ville possède un patrimoine culturel très riche, et a été classée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO en 2007. Plus de 350 de ses bâtiments sont d’ailleurs inscrits aux Monuments Historiques.

« Bordeaux est une ville curieuse, originale, peut-être unique. Prenez Versailles et mêlez-y Anvers, vous avez Bordeaux » – Victor Hugo

Avec son élégance urbaine, son charme provincial et ses 2000 ans d’histoire, Bordeaux réussit à séduire tous ceux qui la découvrent. Que ce soit pour visiter ses beaux monuments à l’architecture classique et néoclassique à couper le souffle, explorer la vieille ville, se balader sur quais, se relaxer au Jardin Public ou déguster un bon verre de vin ou un cannelé, vous n’allez pas avoir le temps de vous ennuyer !

Pour avoir un aperçu complet de la ville, voici la liste des 23 sites et monuments incontournables de la Ville !

SOMMAIRE
01.
La place de la Bourse et le miroir d’eau
02. Le Pont de Pierre
03. Le quartier Saint-Pierre
04. La rue Sainte-Catherine
05. La porte Cailhau
06. La grosse cloche / l’hôtel du lion d’or
07. La basilique et la flèche Saint-Michel
08. La place de la Victoire
09. Le musée d’Aquitaine
10. La cathédrale Saint-André
11. La tour Pey Berland
12. Le Palais Rohan / Hôtel de ville de Bordeaux
13. La place de la Comédie et le grand théâtre
14. L’esplanade des Quinconces et le monument aux Girondins
15. Le jardin public
16. Le Palais Gallien
17. La basilique Saint-Seurin
18. Les quais du port de la lune
19. Le CAPC – Musée d’art contemporain
20. Le pont Jacques Chaban Delmas
21. La cité du vin
22. La base sous-marine
23. Le stade Matmut Atlantique
VOIR LA CARTE

1
©shutterstock.com/Alexander Demyanenko

LA PLACE DE LA BOURSE ET LE MIROIR D’EAU

La place de la Bourse est la place la plus célèbre de Bordeaux et assurément le symbole le plus reconnaissable de la ville. Avec ses bâtiments d’architecture néoclassique la Place de la Bourse incarne l’élégance du 18ème siècle ; c’est l’ancienne place Royale de Bordeaux, car dédiée à Louis XV. La place a été construite entre 1730 et 1755 par l’architecte Jacques Gabriel. Au centre de la place se trouve la jolie Fontaine des Trois Grâces (qui, au 19ème siècle, a remplacé la statue équestre de Louis VX), entourée de deux beaux bâtiments: la Bourse Maritime, quand le port était le 1er de France et le 2ème d’Europe (aujourd’hui le Palais de la Bourse), et les Douanes (aujourd’hui le Musée des Douanes).

Face à cette place vous trouverez le «miroir d’eau», une installation artistique extérieure créée en 2006. Avec ses 3 450 m2 c’est le bassin réfléchissant le plus grand au monde. Peu profond, les enfants et les adultes aiment plongent leurs orteils en admirant le reflet des magnifiques façades de la place.

Pendant l’été, le miroir d’eau crée un effet de brouillard toutes les 15 minutes ; attention le miroir d’eau ne fonctionne pas en hiver ! Les reflets de la Place dans le miroir changent constamment en fonction de l’heure et de la météo, et les reflets de nuit sont juste éblouissants !

Ouvrir dans GoogleMaps ● Retour au Sommaire ●

2
©shutterstock.com/S-F

LE PONT DE PIERRE

Le Pont de Pierre est le deuxième symbole de la ville. Imaginé en 1810 par l’ingénieur Claude Descamps, à la demande de Napoléon Bonaparte, il fut achevé en 1822 après de longues années de construction. Le résultat est un bel exploit d’ingénierie. Il s’étend sur la Garonne avec 17 arcs gracieux soutenus par des pieux de fondation qui sont placés dans le lit de la Garonne et qui ont été conçus pour résister aux courants forts.

Le pont est construit en pierre (d’où son nom) et en brique, avec la particularité de comporter des espaces vides intérieurs. Une rumeur raconte même qu’un de ces espaces abriterait le carrosse de l’Empereur. Le mystère est si bien caché, que même en parcourant les 487 mètres de l’ouvrage, vous ne verrez pas la fameuse voiture.

Dans l’histoire de Bordeaux, c’était le premier pont à traverser la Garonne. En 1822, c’était d’ailleurs l’un des plus grands ponts du monde !

La vue depuis le pont, ainsi que depuis la rive droite, y est magique de jour comme de nuit. En traversant le pont vous pourrez contempler la magnifique Place de la Bourse, la Place des Quinconces, la Porte Cailhau et les belles façades des immeubles au bord du fleuve.

LE SAVIEZ-VOUS ? Le nombre d’arches du pont (17) correspond au nombre de lettres utilisées pour écrire « Napoléon Bonaparte ».

Découvrir l’histoire du pontOuvrir dans GoogleMaps ● Retour au Sommaire ●

3
Place du Parlement ©Office du Tourisme de Bordeaux / F. Poincet

LE QUARTIER SAINT-PIERRE

Le quartier Saint-Pierre est le cœur historique du Vieux Bordeaux, et surtout le quartier le plus touristique. Il accueillait un port à l’époque gallo-romaine qui fut réaménagé au 18ème siècle. Cet élégant quartier se compose  d’une multitude de petite places comme la Place du Parlement, la Place Saint-Pierre, la Place Camille Jullian, la Place du Palais ou encore la Place de la Bourse, et d’une série de rues secondaires, souvent pavées, grouillant d’activité ; le quartier de Saint-Pierre est l’endroit idéal pour manger, boire un verre et profiter de la vie bordelaise au milieu d’un cadre culturel et architectural riche et varié.

LE SAVIEZ-VOUS ? L’église Saint-pierre rappelle un épisode peu glorieux de l’activité portuaire aux 17ème et 18ème siècles : le commerce triangulaire et la traite des Noirs, qu’évoque un vitrail rajouté dans le chœur. Celui-ci représente un esclave noir étendu aux pieds d’une femme blanche.

Ouvrir dans GoogleMaps ● Retour au Sommaire ●

4
©commons.wikimedia.org/Marc Ryckaert

LA RUE SAINTE-CATHERINE

La rue Saint-Catherine est la principale rue commerçante de Bordeaux, mais également la plus longue rue commerçante piétonne d’Europe, s’étendant sur 1,2 km. Elle relie deux des places les plus importantes de la ville: la Place de la Comédie et la Place de la Victoire, et regorge de pas moins 230 commerces …. Cette rue est aussi la plus ancienne voie existante à Bordeaux, car c’était une route à l’époque romaine.

Garde Cocu

Idéale pour le lèche-vitrine, la rue mérite aussi que l’on lève les yeux pour admirer ses façades (notamment aux n°27, 29, 31,73 et 75). Remarquez également les ferronneries de balcon dites « garde-cocu« . Il s’agit de séparations des grands balcons, hérissées de pointes et de clochettes pour l’une d’elle, destinées à dissuader les voleurs mais pas uniquement… comme le laisse présumer leur nom. Ces ferronneries sont également beaucoup présentes sur le Cour de l’Intendance !

Ouvrir dans GoogleMaps ● Retour au Sommaire ●

5
©city-breaker.com

LA PORTE CAILHAU

Construite en 1495, cette magnifique porte gothique, de 35 mètres de haut, a été construite pour commémorer la victoire du roi Charles VIII à Fornoue, en Italie, pendant la guerre italienne de 1494. À l’époque, c’était la principale entrée dans Bordeaux depuis le port. Elle fait face à la Place du Palais et comporte plusieurs sculptures et tours ornementales, caractéristiques typiques de l’architecture du règne de Charles VIII – le monarque cherchant à montrer son pouvoir et sa richesse. La porte, qui faisait autrefois partie du mur d’enceinte de la ville, fut plus tard utilisée comme tour défensive, comme en attestent les nombreux mâchicoulis le long de la tour, les meurtrières et l’espace pour la herse.
Notez que seule la façade donnant sur la ville (et non sur les quais) possède des meurtrières : Charles VIII craignant que la ville ne « redevienne anglaise » et se révolte contre le Royaume de France, ordonna la construction de ces meurtrières.

Concernant l’origine de son nom, les avis divergent… pour certains il rappellerait la puissante famille Cailhau, qui aurait élevé une partie des murailles près de la Place du Palais ; pour d’autres il renverrait au mot « calhau »  (caillou en gascon), qui viendrait du nom du quai, le quai daü Caillaü (du caillou), qui était en face de la porte et qui était le premier quai pavé en cailloux de rivière. Cette porte défensive et arc de triomphe est classée aux monuments historiques depuis le 28 mai 1883. Elle se visite tous les jours et vous offrira un magnifique panorama sur les quais et la Garonne, le pont de pierre et les toits de Bordeaux.

Visiter la Porte CailhauOuvrir dans GoogleMaps ● Retour au Sommaire ●

6
©city-breaker.com

LA GROSSE CLOCHE / L’HÔTEL DU LION D’OR

Construite au 15ème siècle, sur les restes de la Porte Saint-Éloy du 13ème siècle (ancienne porte des remparts), la Grosse Cloche, avec ses deux tours de 40 mètres de haut, est l’ancien beffroi de la mairie de Bordeaux. Avec la Porte Cailhau, c’est l’un des rares monuments médiéval qu’ait conservé la ville.

Cette porte servait autrefois de prison pour petits délinquants. Ils étaient enfermés dans des cellules munies de porte de 10 cm d’épaisseur et garnies d’énormes verrous. On raconte que les capitaines des galères royales venaient s’approvisionner en « robustes rameurs ». Les blagueurs disaient qu’ils logeaient à l’hôtel du Lion d’Or, une allusion à la girouette du dôme central représentant un lion, symbole des anglais qui dominaient la ville au 15ème siècle.

La cloche est admirable depuis le sol. Elle date de 1775 et pèse 7 800 kg. A l’époque elle donnait le signal des vendanges et alerter la population en cas d’incendies. Jusqu’en juin 2016, elle sonnait tous les ans, cinq fois par an, à 11 heures : le 1er janvier, le 8 mai, le 14 juillet, le 28 août (libération de Bordeaux en 1944) et le 11 novembre. Depuis, elle sonne tous les premiers dimanches du mois.

La Grosse Cloche a toujours été très appréciée des bordelais, c’est la raison pour laquelle elle est, depuis toujours, le symbole à la ville et figure encore aujourd’hui sur ses armoiries.
L’ancien beffroi et ses cachots se visitent avec un guide pour 5€ !

LE SAVIEZ-VOUS ? L’horloge astronomique, située sur la façade sud du beffroi, a été réalisée par le mathématicien et astronome Paul Laroque en 1759. Au-dessus d’elle se trouve un cadran à équation solaire : en réalité la durée entre deux passages du Soleil n’est pas exactement de 24 heures selon la période de l’année (sauf aux équinoxes). La journée varie de 23h45 à 24h15. L’équation solaire permet d’ajouter ou de supprimer 5, 10 ou 15 minutes à l’heure solaire. D’après les spécialistes cette horloge serait la seule du genre exécutée au sud de la Loire.

Visiter la Grosse ClocheOuvrir dans GoogleMaps ● Retour au Sommaire ●

7
©city-breaker.com

LA BASILIQUE ET LA FLÈCHE SAINT-MICHEL

Cette basilique, dédiée à l’Archange Saint-Michel, est une des églises importantes de la Route vers Saint-Jacques de Compostelle. Avec la cathédrale Saint-André et la basilique de Saint-Seurin, la basilique Saint-Michel est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. Sa construction prit 200 ans (du 14ème au 16ème siècle) et fut financée, en partie, par les différentes corporations d’artisans. L’église présente une agréable unité architecturale et illustre parfaitement le style «gothique flamboyant» de l’époque : style français du 13ème siècle se caractérisant surtout par des créneaux, des balustrades aux contours en forme de flammes ondulantes, s’enlaçant et s’entre-croisant.

Du haut de son clocher de 114 mètres (deuxième plus grand clocher de France), appelé Flèche Saint-Michel, vous pourrez admirer de la vue panoramique sur la ville et la Garonne.

Après avoir visité la Basilique, la Flèche et sa crypte, profitez d’une promenade dans le quartier Saint-Michel qui l’entoure. C’est l’un des quartiers les plus colorés et animés de la ville grâce, notamment, à ses nombreux marchés.

LE SAVIEZ-VOUS ? La Flèche Saint-Michel abrita un étrange trésor : une voûte remplies de 74 momies, découvertes pendant la Révolution française. Les raisons de leur conservation restent à ce jour encore un mystère ; il s’agissait de « momies naturelles », aucune coutume d’embaumement n’ayant été pratiquée… Beaucoup pensent que le sol argileux ou sablonneux sur lequel le clocher Saint-Michel a été construit aurait maintenu les corps en bon état mais aucune datation au carbone 14 n’a été réalisée ! En outre, au cours de l’été 2010, 156 nouveaux corps ont été trouvés autour de la basilique, mais parmi eux aucune momie… Les momies ont été l’attraction principale de la ville durant des décennies, et la venue de célèbres écrivains comme Victor Hugo, Gustave Flaubert, Théophile Gautier ou Ferdinand Céline a accru leur notoriété. Les guides inventèrent même de véritables légendes : on pouvait y voir « L’Enterré vivant », « la famille empoisonnée par les champignons», « L’africaine », ou encore « le Général tué en duel »… La crypte fut fermée en 1979 (officiellement pour cause de dégradation, certains touristes volant même des bouts de peau…) et les momies furent transférées au cimetière de la Chartreuse où elles purent retrouver l’anonymat et probablement un repos tant mérité !

Visiter la Flèche Saint-Michel Ouvrir dans GoogleMaps ● Retour au Sommaire ●

8
©foursquare.com/Parisian Geek

LA PLACE DE LA VICTOIRE

La Place de la Victoire est définitivement l’une des principales places publiques de la ville de Bordeaux. Construite sur l’emplacement d’un ancien champ de foire du Moyen Âge, c’est le lieu où se produisent diverses manifestations, comme des marchés, concerts ou autres spectacles. En bout de l’incontournable rue sainte Catherine, elle permet d’accéder au très populaire marché des Capucins et à la gare Saint Jean via le Cours de la Marne. C’est également un endroit fort apprécié des étudiants, et des jeunes en général, pour sa vie nocturne; la place étant entourée de nombreux bars, cafés et services de restauration.

Au centre de cette place se trouve deux œuvres d’art conçues et installées en 2005 par le sculpteur tchèque Ivan Theimer : un obélisque torsadé de 16 mètres de haut, réalisé avec des blocs de marbre rouge du Languedoc et du bronze, rend hommage à la capitale de la vigne et du vin ; il est accompagné de deux tortues en bronze (très prisées par les enfants) dont les carapaces sont ornées de grappes de raisin et de noms d’appellations viticoles.

La place est bordée d’immeubles en pierre à deux étages du 18ème siècle et d’un arc de triomphe, la Porte d’Aquitaine, ancienne porte de la ville construite en 1753.

LE SAVIEZ-VOUS ? La Victoire possède le plus vieux pied de vigne de Bordeaux ! Planté par la famille Duverger, ce cep remonterait, d’après les experts, à la fin du 18ème ou au début du 19ème siècle. Au début, six pieds de vignes ornaient la place, mais il n’en reste plus qu’un aujourd’hui. Grand et robuste, protégé à sa base par une structure métallique, il est situé entre le café « Chez Auguste » et un Mac Donald’s. Afin d’assurer la descendance de ces vignes, la chambre d’agriculture réalisa, dans les années 1980, plusieurs greffes. Aujourd’hui une trentaine de pieds poussent encore dans les terres du château Dillon, domaine du lycée agricole de Blanquefort. Le pied de la Victoire est traditionnellement vendangé par les services municipaux et ne produit pas plus de 8 à 10 bouteilles par an.

Ouvrir dans GoogleMaps ● Retour au Sommaire ●

9
©bordeaux-tourisme.com

LE MUSÉE D’AQUITAINE

Le Musée d’Aquitaine retrace parfaitement l’histoire de Bordeaux et de la région Aquitaine, de la préhistoire à nos jours. Le musée possède des pièces exceptionnelles, comme la Vénus de Laussel, un bas-relief représentant une femme de plus de 25 0000 av. J.-C., des pièces d’or gauloises du 4ème siècle av. J.-C. et une statue d’Hercule datant 3ème siècle av. J.-C.
Vous découvrirez également le gisant d’un chevalier de Curton datant du 13ème siècle et un cénotaphe de Montaigne datant du 16ème siècle. D’ailleurs vous remarquerez que les pieds de Montaigne semblent bien polis…. Le monument funéraire séjournait, à l’époque, dans l’ancien hall d’accueil de la Faculté de lettres et des sciences de Bordeaux (aujourd’hui devenue le Musée d’Aquitaine), et par superstition beaucoup d’étudiants touchaient les pieds de la statue pour « absorber » la sagesse de l’illustre homme.
Vous aurez également un aperçu de la vie quotidienne des bordelais du 20ème siècle. Une épicerie remplie de superbes répliques de meubles, d’accessoires et de produits alimentaires et publicitaires des années 1900 a été reconstituée.

Visiter le Musée d’AquitaineOuvrir dans GoogleMaps ● Retour au Sommaire ●

10
©city-breaker.com

LA CATHÉDRALE SAINT-ANDRÉ

La cathédrale Saint-André est un des monuments emblématiques de la ville de Bordeaux. Inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1998, elle date du 11ème siècle mais a subi plusieurs rénovations importantes au cours des siècles. C’est une étape incontournable du Chemin de Compostelle. Ce chef-d’œuvre gothique est souvent comparé à Notre-Dame-de-Paris de par sa taille et de par son impressionnant tympan (façade nord) représentant le Jugement Dernier. La façade ouest de la Cathédrale, elle, n’est pas ornée, car elle était, à l’origine, trop proche des murs de la vieille ville.

Entrer dans la cathédrale et admirer ses magnifiques vitraux ainsi que cette nef unique qui se distingue par ses dimensions impressionnantes : 124 mètres de long pour 18 mètres de large et 23 mètres de haut. La Cathédrale abrite également une collection d’objets religieux précieux tels que des peintures et des illuminations.

Des visites guidées gratuites sont proposées par des bénévoles de l’Association « Ars et Fides » en juillet et en août, tous les jours (sauf le lundi) à partir de 14h30. Pendant l’été, le festival international d’orgue de Bordeaux se tient aussi dans la cathédrale. Les visiteurs peuvent profiter des concerts gratuits réalisés par les organistes européens les plus talentueux.

LE SAVIEZ-VOUS ? Les mariages d’Aliénor d’Aquitaine et de Louis VII (en 1137), et celui de Louis XIII et d’Anne d’Autriche (en 1615) furent célébrés dans cette Cathédrale.

Ouvrir dans GoogleMaps ● Retour au Sommaire ●

11
©shutterstock.com/RossHelen

LA TOUR PEY BERLAND 

Pour profiter d’une vue imprenable sur les monuments et toits du vieux Bordeaux, il va falloir grimper les 229 marches de la Tour Pey Berland; vous serez alors à 50 m du sol. Ce clocher gothique et indépendant, construit en 1440, est séparé de la cathédrale pour protéger celle-ci contre les vibrations causées par les cloches (la cathédrale étant construite sur un sol marécageux). Le « bourdon » pèse à lui seul 8 tonnes.

La statue de la vierge au sommet est tournée vers le village de Saint-Raphaël, situé dans le Médoc, d’où était originaire l’archevêque Pey Berland, qui initia sa construction.

Vous pouvez monter en haut de la tour tous les jours de la semaine, sauf le lundi.

Pour avoir une meilleure vue de la Garonne il faudra monter en haut du clocher de la Basilique Saint-Michel.

Visiter la Tour Pey Berland Ouvrir dans GoogleMaps ● Retour au Sommaire ●

12
©city-breaker.com

LE PALAIS ROHAN / HÔTEL DE VILLE DE BORDEAUX

La mairie de Bordeaux occupe, depuis 1837, un élégant et ancien palais archiépiscopal, le Palais Rohan, construit dans les années 1770. L’Hôtel de Ville est situé dans le centre de la vieille ville, face de la cathédrale Saint-André, et le Musée des Beaux-Arts occupe une partie du bâtiment. Conçu dans le style néoclassique typique de Bordeaux, ce trésor architectural a une impressionnante façade en colonnade. Les salons et la salle du conseil municipal se visitent les mercredis à 14h30 et les vendredis à 10h (sur réservation).

LE SAVIEZ-VOUS ? Dans la salle à manger, dite de l’archevêque, on raconte que le jeune Eugène Delacroix, alors fils du préfet, découvrit sa vocation en regardant les restaurations des peintures de Giovanni Antonio Berinzago.

Visiter l’Hôtel de VilleOuvrir dans GoogleMaps ● Retour au Sommaire ●

13
©city-breaker.com

LA PLACE DE LA COMÉDIE ET LE GRAND THÉÂTRE

La place de la Comédie est au cœur du quartier délimité par le cours de l’Intendance, les allées de Tourny et le cours Georges Clémenceau. Cette partie de la ville est communément désignée comme « le triangle d’or », d’une part pour la richesse de son patrimoine avec notamment le Grand Théâtre, mais d’autre part, en référence à ses nombreuses boutiques et établissements luxueux, ainsi qu’à ses biens immobiliers magnifiques.

Le Grand Théâtre est la pièce maîtresse de la Place de la Comédie, c’est l’un des bâtiments les plus emblématiques de la ville ! Il abrite aujourd’hui l’Opéra National de Bordeaux. Le bâtiment a été conçu en 1780 par l’architecte Victor Louis, qui réalisa également le Théâtre du Palais Royal à Paris; le Grand Théâtre est considéré comme son chef-d’œuvre. Sa magnifique façade néo-classique est la réinterprétation d’un temple grec sacré ; elle se compose de 12 impressionnantes colonnes corinthiennes au-dessus desquelles sont alignées 12 statues, représentants 9 muses et 3 déesses : Junon, Venus et Minerve. La salle de spectacle, composée d’un millier de places, est considérée comme l’une des plus belles salles du 18ème siècle au monde.

Regarder un spectacle ou un ballet est probablement la meilleure façon de découvrir ce lieu unique. Autrement des visites du bâtiment ont lieu tous les mercredis et samedis après-midi : 14h30 – 16h00 – 17h30.

Visiter le Grand Théâtre Ouvrir dans GoogleMaps ● Retour au Sommaire ●

14
©city-breaker.com

L’ESPLANADE DES QUINCONCES ET LE MONUMENT AUX GIRONDINS

L’esplanade des Quinconces, située à deux pas de la place de la Comédie et de la place de la Bourse, détient le titre de « plus grande place de France« , mais aussi de l’une des plus vastes d’Europe avec un total de 12 hectares. Son nom provient des arbres plantés, tout le long de l’esplanade, « en quinconces ». C’est un lieu de choix pour une grande variété d’événements: foire aux manèges ou aux jambons, cirques, concerts, « fanzones » ou brocantes….

En 1881, le Conseil Municipal de la Ville érige le Monument aux Girondins, une fontaine monumentale et une colonne, représentant la « Liberté brisant ses fers », pour honorer la République et les Girondins, le groupe de politiciens républicains du département de la Gironde qui étaient députés à l’Assemblée législative pendant la Révolution française (beaucoup de Girondins furent envoyés à la guillotine pendant la Terreur). L’endroit n’a pas été choisi au hasard puisque c’est à cet endroit que furent exécutés les derniers députés girondins. La fontaine originale a été démontée pendant la Seconde Guerre mondiale (notamment pour récupérer les métaux des statues) et a été restaurée plus tard.

Sur la place vous trouverez également les statues de deux célébrités locales : Montesquieu et Montaigne.

Ouvrir dans GoogleMaps ● Retour au Sommaire ●

15
©city-breaker.com

LE JARDIN PUBLIC

La création du Jardin Public de Bordeaux a été initiée en 1746 par l’Intendant Tourny, sur une terre viticole jugée « mauvaise ».

Ce magnifique jardin romantique de 10 hectares environ a été créé pour donner aux Bordelais un endroit vert, sain et agréable ; la volonté de Tourny étant de réunir la ville et les faubourgs Saint-Seurin et des Chartrons en proposant un lieu « bon pour la santé ». Conçu à l’origine comme jardin à la française, il fut réaménagé en jardin à l’anglaise en 1856, avec ses pelouses, ses allées sinueuses, sa pièce d’eau parsemée d’îles et ses ponts en fer forgé, par le paysagiste Bernard Fischer.

Bordé d’une enfilade d’hôtels particuliers, et accueillant en son sein le Muséum d’Histoire Naturelle, un Jardin Botanique, et un très agréable bar restaurant, l’Orangerie, le Jardin Public est classé « Jardin Remarquable de France ». Le Jardin accueille également de nombreux terrains et espaces de jeux pour les enfants, ainsi que le célèbre théâtre de marionnettes Guignol Guérin.

Le Jardin Public est ouvert tous les jours à partir de 7h en accès libre.

LE SAVIEZ-VOUS ? En 1970, il ne fallut pas moins de 7 500 feuilles d’or aux artisans pour reprendre les grilles du cours de Verdun.

 Ouvrir dans GoogleMaps ● Retour au Sommaire ●

16
©city-breaker.com

LE PALAIS GALLIEN

C’est le seul vestige restant de l’époque romaine à Bordeaux ! Et encore… ce que l’on voit aujourd’hui ne représente qu’un sixième de ce qui fut l’un des plus vastes amphitéatres gallo-romain de France. Le Palais Gallien fut construit à la fin du 2ème siècle et était situé juste à l’extérieur de la ville de « Burdigala ». Cet immense amphithéâtre, de 133 mètres de longueur sur 110 mètres de largeur, pouvait accueillir jusqu’à 22 000 spectateurs sur des bancs en bois, aujourd’hui disparus.

Amphithéâtre dévolu aux jeux à l’époque romaine, transformé en carrière et en décharge municipale à l’époque moderne, il fut aménagé en square à la fin du 19e siècle.

Les ruines de ce vestige antique vous permettent d’imaginer la vie à l’époque romaine. La visite du site est libre et gratuite.

Ouvrir dans GoogleMaps ● Retour au Sommaire ●

17
©city-breaker.com

LA BASILIQUE SAINT-SEURIN 

Cette belle basilique est un site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, car c’était une halte incontournable pour les pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle ; elle présente d’ailleurs le style roman typique des églises de la Route de Compostelle. Construite au 6ème siècle, puis remaniée entre le 11ème et 14ème siècle, c’est ici que Charlemagne aurait déposé l’olifant de Roland après la défaite de Roland à Ronceveau. La plus ancienne partie de la basilique est la crypte du 11ème siècle, avec ses reliquaires et ses sarcophages datant des 6ème et 7ème siècles.  Des visites guidées de la crypte sont proposées tous les jeudis à 21h30, du 1er juillet au 31 août (5€).

Visiter la crypte de Saint-SeurinOuvrir dans GoogleMaps ● Retour au Sommaire ●

18
©bordeaux-tourisme.com

LES QUAIS DU PORT DE LA LUNE

La Garonne a joué un rôle majeur dans le développement économique de la Ville, et nulle part ailleurs, le renouveau de Bordeaux n’est plus évident que le long de ses rives et des quais. Ce qui autrefois était laissé à l’abandon est devenu maintenant un espace ouvert, avec de magnifiques espaces verts, des pistes cyclables, un skate park et des aires de jeux.

Les vieux entrepôts du Quai de Bacalan sont devenus « Le Quai des Marques » : des magasins, des bars et des cafés, et on prend plaisir à s’y balader à vélo ou à pieds, sur des patins ou en tramway. En vous promenant sur les 4,5 km de quais de l’ancien « Port de la Lune » (son nom est dû à la forme de croissant de lune que prend le fleuve à cet endroit) vous passerez devant plusieurs points d’intérêt, dont le Pont de Pierre, le pont le plus célèbre de la ville, la Place de la Bourse et le Miroir d’Eau, la Place des Quinconces et enfin la Cité du Vin, l’attraction touristique la plus récente. Si vous avez un peu de temps, traversez le Pont Chaban et partez explorer la rive droite, la friche urbaine rénovée de Darwin Eco-Système est un lieu de culture indépendante qui vaut le détour.

Pour traverser les rives de la Garonne pensez également au Bat³ (prononcé BatCub), le « tramway fluvial » de la ville. Ouvrez les yeux, par moment il n’est pas rare d’apercevoir des épaves de la Seconde Guerre Mondiale à la surface de l’eau, rappelant au combien cette guerre a marqué Bordeaux.

Les quais accueillent, par ailleurs, chaque année des festivités comme Bordeaux fête le vin ou Bordeaux fête le fleuve, et sont également le point de départ de croisières fluviales à la découverte de la région bordelaise. Les plus sportifs pourront aussi s’essayer au canoë-kayak ou au jet ski sur la Garonne, une manière de découvrir la ville autrement.

Ouvrir dans GoogleMaps ● Retour au Sommaire ●

19
©superbobine.wordpress.com

LE CAPC – MUSÉE D’ART CONTEMPORAIN

Bordeaux ce n’est pas seulement l’histoire et le vin ; c’est aussi une ville moderne et dynamique offrant une diversité culturelle passionnante. C’est ce qu’illustre parfaitement le Centre d’Arts Plastiques Contemporains (CAPC) inauguré en 1983. Sa collection permanente compte parmi les plus riches de France : 1 299 œuvres de 189 artistes, mais l’accent est également mis sur les grandes et audacieuses expositions temporaires !

Si vous n’êtes pas féru d’art contemporain, sachez que le bâtiment vaut, à lui seul, le coup d’œil. Installé dans l’Entrepôt Lainé, qui servait à stocker divers produits coloniaux en 1824, vous serez impressionné par ses dimensions, et sa belle galerie d’arcades en rez-de-chaussée.

Visiter le CAPC Ouvrir dans GoogleMaps ● Retour au Sommaire ●

20
©fondationbelem.com

LE PONT JACQUES CHABAN DELMAS

Le Pont Chaban-Delmas (nom en l’honneur de Jacques Chaban-Delmas, ancien Premier ministre français et ancien maire de Bordeaux) fait maintenant partie de l’identité de Bordeaux, bien qu’il n’ait été construit que récemment. Il fut inauguré le 16 mars 2013 par le maire de Bordeaux, Alain Juppé, et le Président de la République de l’époque, François Hollande. Ce pont levant, d’une longueur de 600 m et atteignant les 77 m de hauteur, permet aux grands navires  (voiliers et bateaux de croisières notamment) de naviguer au cœur de Bordeaux, et de faire escale en face du Miroir d’Eau ; c’est le pont levant le plus haut d’Europe. Malgré sa modernité apparente, ce pont s’intègre parfaitement au paysage urbain et historique de la ville, devenant à la fois une réalisation technique et visuelle.

En service il est prévu que le pont se lève une soixantaine de fois par an, vous aurez peut-être la chance de le voir en action. La nuit, les pylônes du pont offrent également un spectacle de lumières captivant : en effet, ils changent de couleur en fonction de la marée. Lorsque la marée est haute, on voit du bleu Outremer et quand elle est basse, du vert Véronèse. Les DEL scintillent également pendant les fêtes.

 ● Découvrir l’histoire du pontOuvrir dans GoogleMaps ● Retour au Sommaire ●

21
©city-breaker.com

LA CITÉ DU VIN

Il y a des musées, et puis il y a la Cité du Vin, cet incroyable centre culturel ultra-moderne de 80 millions d’euros, consacré à la célébration de l’histoire, de la culture et de la passion du vin à travers le monde et les âges. L’architecture de ce bâtiment de 13 350 mètres carrés, avec sa tour de 55 mètres, est éblouissante. Sa forme évoque à la fois un cep de la vigne, le vin qui tourne dans le verre, et les remous de la Garonne.

La visite se déroule de façon interactive sur 10 étages ; l’exposition permanente est située au deuxième étage du bâtiment et comprend de nombreuses activités audio-visuelles qui plairont aussi bien aux adultes qu’aux enfants. Vous recevez un audioguide et pouvez vous déplacer librement entre les différentes salles. Le droit d’entrée de 20€ comprend également une dégustation d’un verre de vin au bar belvédère ainsi, qu’en prime, une magnifique vue sur la Garonne… prévoir au minimum 3 à 4 heures de visite. Si vous êtes un amateur de vin, c’est une visite incontournable – il y a également des spectacles et événements, des ateliers sur le vin, un restaurant, un bar et une cave à vin.

 ● Visiter la Cité du VinOuvrir dans GoogleMaps ● Retour au Sommaire ●

22
©Myriam D

LA BASE SOUS-MARINE

Construite en 1941 par les allemands pour abriter des sous-marins, la base sous-marine est maintenant devenue un centre culturel unique. Ce gigantesque bunker est organisé en onze alvéoles servant de garage, liées entre elles par une rue intérieure équipée d’une voie ferrée longue de 245 mètres ; son toit, faisant office de pare-bombes, atteint une épaisseur de 7 mètres ! Sa localisation, hors des sentiers battus, ravira les voyageurs en quête d’atypique. La base sous-marine n’est malheureusement pas ouverte aux visiteurs en dehors des expositions et événements temporaires (concert, théâtre, spectacle de danse).

S’y rendre est à chaque fois une expérience !

En savoir plusOuvrir dans GoogleMaps ● Retour au Sommaire ●

 

23
©instagram.com/matmut.atl

LE STADE MATMUT ATLANTIQUE

Le nouveau stade de Bordeaux Matmut Atlantique, d’une capacité de plus de 42 115 places, est la nouvelle maison du FC Girondins de Bordeaux depuis le 30 avril 2015; il remplace l’ancien stade du club, devenu trop vétuste, le Stade Chaban-Delmas. C’est le 6ème plus grand stade français en termes de places assises. Son architecture est atypique puisque ses 1000 poteaux blancs s’inspirent directement des forêts de pins des Landes. Le terrain est merveilleusement bien pensé, résistant aux chocs et imperméable à l’eau, il permet une totale visibilité pour 99% des sièges. Inutile d’être un fan de foot pour observer ce stade, car il a également été conçu pour accueillir des concerts, des expositions et des événements d’entreprise, offrant ainsi une expérience complète pour toutes les générations. Ce lieu unique fait maintenant partie de l’identité de Bordeaux et contribue au développement de la région.

En savoir plusOuvrir dans GoogleMaps ● Retour au Sommaire ●

SOURCES :
● « Bordeaux Disparu et Secret » par Antoine Lebègue, Editions Sud-Ouest, 2005.
« La Grosse Cloche », par Anne-Marie Cocula, Editions Confluences, 1994.
 « Bordeaux, Secret et Insolite, La Face Cachée du Port de la Lune », par Philippe Prévôt, Editions Les Beaux Jours, 2017.

Découvrir l’ensemble de ces lieux dans GoogleMaps

CES ARTICLES PEUVENT VOUS INTÉRESSER