Cnossos est le cœur de la civilisation minoenne et, selon la tradition, le siège du légendaire roi Minos ainsi que le lieu de naissance d’histoires palpitantes telles que les mythes du labyrinthe avec son minotaure, et de Dédale et Icare. Il a été bâti sur la colline de Kefala, au milieu des oliviers, des vignes et des cyprès, à 5 km au sud-est d’Héraklion. Tout près coule la rivière Kairatos (aujourd’hui Katsambas).

1
Ruines du palais de Cnossos ©stock.adobe.com/beerkoff

Histoire de Cnossos

Le site a été habité en continu de la période néolithique (7000-3000 avant J.-C.) jusqu’à à la fin de l’antiquité. Le premier témoignage épigraphique provient des tablettes linéaires B du 14ème siècle avant J.C., où la ville est appelée Ko-no-so.

Exemple de linéaire B, tablette retrouvée à Cnossos (CO 903), Musée d’Héraklion ©archeologiesenchantier.ens.fr

La colonie minoenne de Cnossos se développe surtout pendant l’ère palatiale, définie par les périodes de l’Ancien (19ème-17ème siècle av. J.-C.) et du nouveau palais (16ème-14ème siècle av. J.-C.). Dans la dernière période, la civilisation minoenne atteint son apogée, avec une vigueur qui se reflète à tous les niveaux: croissance démographique et expansion résidentielle subséquente, prospérité économique et complexité sociale, l’épanouissement de la culture matérielle, l’art palatial atteignant son apogée.

LE SAVIEZ-VOUS ? À son apogée, et lorsque la civilisation minoenne était la plus puissante, on estime qu’il y aurait eu au moins 100 000 personnes vivant dans et autour du palais.

En 1450 avant J .-C, les palais de Crète sont détruits par des causes, pour lesquelles il n’y a pas de consensus parmi les chercheurs. Néanmoins, la chute des palais marque la fin de la civilisation minoenne. Seul le palais de Cnossos survivra encore un siècle, en tant que siège des nouveaux dirigeants de Crète, les Mycéniens. La ville des temps historiques a laissé derrière elle des vestiges rares, principalement des sanctuaires et des tombes;

Fresque « Les Dames en bleu », retrouvée à Cnossos et exposée au musée archéologique d’Héraklion ©City Breaker

Dans l’antiquité grecque, Cnossos survivra dans les sources littéraires, depuis Homère jusqu’à l’historien hellénistique Diodorus Sikeliotes, en tant que royaume glorieux du mythique Minos. Cnossos a prospéré à nouveau pendant la période hellénistique, tandis qu’en 67 avant J.-C, la ville était occupée par le consul romain Quintus Caecilius Metelus Creticus et devint une colonie romaine. À l’époque médiévale, à quelques kilomètres au nord de Cnossos, émergerait la nouvelle capitale de l’île, la ville de Chandax, à savoir l’Héraklion contemporain.

L’ancien Cnossos fut repéré pour la première fois en 1878 par l’antiquaire crétois et marchand Minos Kalokairinos. Plusieurs autres personnes ont tenté de poursuivre les fouilles, dont W.J. Stillman, consul américain en Grèce, M. Joubin, archéologue français et Arthur Evans, directeur du musée Ashmolean à Oxford. Cependant, ils ont tous dû abandonner leurs efforts car ils ne voulaient pas acheter la zone aux prix extrêmement élevés qu’en demandaient les propriétaires. Finalement, en 1898, lorsque la Crète devint un État indépendant, toutes les antiquités de l’île devinrent propriété de l’État et, en 1900, les fouilles sur le site commencèrent sous la supervision d’Arthur Evans. Arthur Evans mena des fouilles systématiques sur le site entre 1900 et 1931, mettant en lumière le palais, une grande partie de la ville minoenne et ses cimetières.

Depuis lors, le British School of Archaeology à Athènes et le service archéologique local ont fouillé le site et sa région. La restauration du palais à sa forme actuelle a été réalisée par Arthur Evans. Les travaux de conservation et de consolidation sont effectués par le service archéologique du ministère de la culture, imposé par la nécessité de préserver et de protéger les monuments découverts. Par ailleurs, le site est tellement vaste, couvrant 75 hectares au total, que seule une partie est ouverte au public et que de nombreuses découvertes restent à faire.

● Retour au Sommaire ●

2
Thésée et le Minotaure. Face A d’une amphore à figures noires, v. 540 av. J.-C. ©commons.wikimedia.org

Les légendes de Cnossos

Selon la mythologie grecque, le bâtiment a été conçu par l’architecte et mathématicien athénien Dédale. Le roi Minos, qui commanda le palais, le retint prisonnier, lui et son fils Icare, dans une tour du palais, afin de s’assurer que ce dernier ne révélerait pas les secrets et plan du bâtiment. Dédale, qui était un également un grand inventeur, construisit deux paires d’ailes (avec de la cire et des plumes d’oiseau) pour s’envoler et s’échapper de sa prison avec son fils Icare. Le père avertit son fils de ne pas voler trop près du soleil car la cire qui retenait les ailes fondrait. Mais, au cours de leur fuite, le jeune et impulsif Icare vola de plus en plus haut jusqu’à ce que le soleil fasse fondre les ailes et que le jeune homme tomba dans les eaux de la mer Égée et mourut.

Les mythes grecs racontent également que l’épouse du roi Minos, Pasiphaé, maudite par Poséidon, donna vie au Minotaure, une créature mi-taureau, mi-homme. Un labyrinthe fut construit autour du palais de Cnossos, par Dédale, afin de contenir le monstre. Tous les neuf ans, sept jeunes hommes et sept jeunes filles été amenés d’Athènes en sacrifice humain. En entendant cela, le héros grec Thésée arriva en Crète en jurant de s’aventurer dans le labyrinthe et de tuer la bête. Ariane, fille du roi Minos, tomba immédiatement amoureuse de lui et montra à Thésée comment retrouver son chemin avec une simple pelote de fil. Thésée tua le Minotaure, libéra les jeunes et retourna triomphant dans sa ville natale.

 

Les deux histoires révèle une histoire peu flatteuse du roi Minos tout en soulignant les héros athéniens, ce qui n’est pas surprenant car ils étaient considérés comme étant d’origine athénienne. Malgré tout, en traversant les ruines de Cnossos, il est difficile d’imaginer que ce lieu était un lieu de tourment et de mort. Les fresques qui décoraient les murs élégants parlent d’un peuple avec une approche riche et joyeuse de la vie.

Ce qui est certain c’est que les mythes relatifs à Cnossos reflètent ou se réfèrent à des faits historiques. Ariane est la déesse minoenne de la végétation, qui meurt et renaît chaque année. Le Labyrinthe est le palais de Cnossos lui-même et Dédale personnifie les avancées technologiques des Minoens. La légende du Minotaure est également liée au saut de taureau, aux sacrifices humains et à l’influence des Minoens sur la Grèce continentale. Minos lui-même personnifiait une gouvernance juste et puissante. D’ailleurs on est quasiment certain maintenant que Minos n’était pas une personne, mais une série de rois du même nom (comme nous disons Pharaon en Égypte).

● Retour au Sommaire ●

3
Magasin / entrepôt des jarres géantes ©stock.adobe.com/banepetkovic

Entrer sur le site

Lorsque vous entrez sur le site, vous passez devant le buste de l’archéologue qui a tant travaillé à Knossos, Sir Arthur Evans, et derrière trois grandes fosses, probablement des anciens silos à grains.

 

1 Cour ouest
2 Couloir des processions
3 Propylées
4 Escaliers
5 Couloir des garde-manger
6 Entrepôts / magasins
7 Salle du trône
8 Trésor du Sanctuaire
9 Cryptes à piliers
10 Fresque du Prince aux Lys
11 Grand escalier
12 Salle des doubles haches
13 Cabinet de toilette
14 Sanctuaire des doubles haches
15 Bain lustral
16 Atelier du tailleur de pierre
17 Atelier du potier
18 École des scribes
19 Magasin des jarres géantes (pithoi)
20 Couloir du damier ou du jeu d’échec
21 Magasin des jarres à médaillons
22 Bureau des douanes / « Octroi »
23 Portique avec fresque du taureau
24 Bain lustral nord
25 Aire théâtrale
26 Voie royale pavée

L’entrée du palais se trouve dans la cour ouest (1), qui devait être une place de marché ou un lieu de rassemblement de la population, et l’entrée ouest mène au couloir des processions (2). Vous verrez ici une copie de la fresque de la Procession, représentant des jeunes minoens portant des vases rituels et trouvée dans cette zone, et du Propylée Sud (3)(porte monumentale) avec les deux cornes de taureau, appelées cornes de la consécration. Les cornes sont un symbole de la religion minoenne et sont donc rencontrées dans de nombreux endroits du palais.

Fresque de la Procession et cornes de la consécration ©City Breaker

De là, deux escaliers mènent à la cour centrale ou au piano nobile, l’étage noble des palais Renaissance où se déroulaient les réceptions; de là-haut vous profiterez de belles vues sur une grande partie du site. De la cour centrale, vous verrez la salle du trône (7). À l’intérieur du vestibule de la salle du trône, vous verrez une réplique en bois du trône, tandis qu’un escalier mène à des salles de cérémonies. Dans la salle du trône elle-même, vous verrez la réplique du trône en albâtre du roi Minos, qui selon Arthur Evans serait le plus ancien trône connu au monde, et tout autour, une fresque restaurée représentant plusieurs griffons, autre symbole sacré des Minoens. Il y a des bancs de gypse sur les trois côtés de la pièce avec un bassin lustral utilisé pour la purification cérémonielle en face du trône.

Les travaux de restauration et de reconstruction d’Evans font toujours l’objet d’une controverse, mais il est fascinant de pouvoir voir certaines des pièces du palais dans leur état d’origine probable. Lors de sa découverte, la salle du trône était dans un tel désordre qu’Evans a été amené à spéculer sur le fait qu’un événement majeur et final avait eu lieu ici, coïncidant avec la destruction du palais.

Salle du trône ©stock.adobe.com/antonchigarev

Dans le hall de la procession, vous verrez une copie de la peinture murale du Prince aux lys (10), maintenant exposée au musée d’Héraklion. À l’ouest, vous trouverez les dix-huit entrepôts du palais (6), construits perpendiculairement au couloir des entrepôts (5).

Mégaron du roi – Salle des doubles haches – ©City Breaker ©Reconstitution de Piet De Jong

Le grand escalier (11) mène aux salles royales. La majeure partie des appartements royaux n’est pas accessible mais vous pourrez apercevoir la chambre du roi, dit mégaron, dans la salle des Doubles Haches (12), une spacieuse salle double dans laquelle Evans suggérait que le souverain dormait et donnait certaines audiences. Un passage conduit de la salle des doubles haches au mégaron de la reine avec sa magnifique fresque de dauphins. Le cabinet de toilette (doté d’une baignoire en terre cuite) et de latrines à chasse d’eau (l’eau étant versée à la main) attestent l’existence d’un système sophistiqué d’évacuation des eaux (13).

Mégaron de la reine ©City Breaker ©Reconstitution de Piet De Jong

Plus au nord, il y a les entrepôts royaux (19-21) et le couloir du jeu d’échec (20), car on y trouva ici un jeu qui ressemblait fortement aux échecs et qui est désormais présenté au musée d’Héraklion. Dans le sol, vous remarquerez les tuyaux en terre cuite de l’aqueduc du palais ! Près de l’entrée nord, arrêtez vous pour admirer la fresque du taureau qui charge (23) puis découvrez le premier bâtiment que les archéologues ont vu à leur arrivée à Knossos : le bureau de douane ou octroi (22) car c’est là qu’arrivait la route menant aux deux ports, Katsamba et Amnisos, qui desservait Cnossos, le bassin lustral (24) qui servait selon Evans aux ablutions rituelles précédant les cérémonies religieuses, et l’aire théâtrale (25) qui présente une série de gradins dont la fonction reste inconnue. Du théâtre commence la voie royale (26) surnommée la « plus ancienne route d’Europe » et menant au port de Knossos, tandis qu’au sud des entrepôts, il y avait plusieurs ateliers (16-17).

● Retour au Sommaire ●

4
©stock.adobe.com/dziewul

Structure du palais

Le palais de Cnossos est le plus grand (il couvre une superficie de 20 000 mètres carrés) et le plus spectaculaire de tous les centres palatiaux des Minoens.

L’ancien palais a été construit vers 2000 avant J.-C, mais il a été complètement détruit par un tremblement de terre en 1700 avant J.-C. Le nouveau (second) palais, de plan plus complexe, ressemblant fortement à un labyrinthe, a été construit immédiatement après. Au milieu du 15ème siècle av. J.-C., les Achéens du continent grec ont conquis l’île de Crète et se sont installés au palais de Cnossos. Ils ont utilisé la langue grecque, comme l’indiquent les tablettes d’argile qu’ils nous ont laissées, écrites dans le script B linéaire. Le palais fut à nouveau détruit par le feu au milieu du 14ème siècle avant J.-C et Cnossos cessa de fonctionner comme centre palatial.

La disposition originale du palais ne peut plus être vue à cause des modifications ultérieures qu’a subi ce dernier. Il y avait environ 1300 chambres reliées entre elles par des couloirs de tailles différentes. Le palais avait quatre ailes disposées autour d’une cour centrale, chacune avec sa propre entrée.

Reconstitution du palais
  • Dans l’aile est se trouvaient les appartements royaux et les ateliers.
  • À l’aile ouest se trouvaient les magasins et les entrepôts avec de grandes pithoi (fioles de stockage), tandis que dans les étages supérieurs se trouvaient la salle du trône et les salles de réception.
  • L’aile nord se composait « du bureau des douanes », d’un bassin luxuriant et d’un espace théâtral construit en pierre.
  • Dans l’aile sud se trouvait les Propylées, qui est l’édifice le plus imposant (une porte monumentale soutenue par 4 piliers). Une seconde cour pavée à l’ouest du palais, dotée de « voies processionnelles » (chaussées étroites), était probablement utilisée pour les cérémonies religieuses. Le palais avait de nombreux étages, il était construit en blocs de pierre de taille et ses murs étaient décorés de splendides fresques.

  • Gestion des eaux
    Le palais disposait de trois systèmes de gestion des liquides distincts, l’un pour l’approvisionnement, l’autre pour l’écoulement des eaux de pluie et l’autre pour le l’écoulement des eaux usées. Les aqueducs puisaient de l’eau dans la rivière Kairatos à 10 km de là et apportaient de l’eau fraîche à la colline, au palais et à la ville. L’eau été apportée au palais par gravité à travers des tuyaux en terre cuite jusqu’aux fontaines et aux robinets. L’assainissement des eaux se faisait par un système fermé menant à un égout près de la colline.Vous pouvez toujours voir des parties de ce système sous les grilles et sur aux abords des chambres royales.

    Systèmes d’alimentation et de gestion de l’eaux minoens

     

  • Éclairage et chauffage
    Le palais a été conçu de manière à tirer le meilleur parti de l’éclairage naturel pendant les longues journées d’été. Les salles ont été construites autour de cours afin d’offrir un maximum de fenêtres. Les portes des pièces étaient à double battants (polythyron) pour offrir davantage de de lumière extérieure et dans la mesure du possible, les escaliers se trouvaient autour de puits de jour ou de couloirs sous forme de portiques ouverts. Ainsi, le style architectural a résolu une grande partie des problèmes d’éclairage. Cependant, les grands espaces ouverts ont dû poser des problèmes au palais, surtout en hiver. Il n’y a aucune preuve de chauffage central. On suppose que chaque pièce devait avoir son propre système de chauffage. Pour le chauffage, ils utilisaient des foyers en céramique fixes et portables ainsi que des feux allumés au charbon de bois.

    A gauche puit de jour. A droite reconstitution des portes polythyron dans la salle des doubles haches (peinture à l’aquarelle réalisée par Piet de Jong)

     

  • Les colonnes rouges
    Le palais se distingue par ses colonnes rouges. Alors que la plupart des colonnes grecques sont plus petites en haut et plus larges en bas, les colonnes minoennes sont dites renversées, car elles ont une base plus petite et un sommet plus large. Ce sont des colonnes en pierre de couleur rouge qui sont plantées dans le sol et surmontées du chapiteau typique crétois.

 

  • Les fresques
    Il y a beaucoup plus de fresques autour du site, certaines ont été restaurées et d’autres sont des répliques puisque, car les fresques originales ont été retirées pour être gardées ou exposées au musée archéologique d’Héraklion. Le point culminant de la visite est la fresque du prince aux fleurs de lys (ou roi-prêtre), qui est juste après les cornes de la consécration. Au centre du site se trouve la grande cour centrale ouverte et, au-delà, les parties principales du palais, y compris les appartements royaux. Ici, le roi et la reine vivaient dans une certaine splendeur, et le Mégaron ou Hall de la reine est décoré d’une réplique d’un autre des points forts de Knossos, la fresque aux dauphins.

    Fresques de Cnossos visibles au Musée Archéologique d’Héraklion : Prince aux lys – Les dauphins – Le saut de taureau

● Retour au Sommaire ●

Visite du palais en 3D

● Retour au Sommaire ●

Comment se rendre à Cnossos ? 

Il est très facile d’arriver à Cnossos depuis Héraklion. Le palais se trouve à 15-20 minutes en voiture ou en bus (N°2 direction « Knossos ») depuis la gare routière principale du port d’Héraklion. Les bus arrivent toutes les 20 minutes.

Conseils pour votre visite ? Il est préférable d’essayer d’être sur le site soit au tout début de la journée, soit en début de soirée (en été, le site reste ouvert jusqu’au coucher du soleil). Visiter le ste Entre 12h-14h peut également être une bonne option car les groupes sont partis déjeuner. ATTENTION tout de même au coup de chaleur en été. Il y a très peu de zone d’ombre sur le site, pensez donc à emmener beaucoup d’eau, chapeau et crème solaire.

Le site archéologique de Cnossos est grand et compliqué et, sans aucune idée de ce que vous regardez, vous risquez de ne pas être aussi impressionné que vous l’auriez été si vous en aviez su plus. Il est facile de remédier à cela en utilisant l’un des guides autorisés et qui se trouvent à l’entrée du site (payant) ou en suivant un groupe avec un guide parlant votre langue ou une langue que vous comprenez.

● Retour au Sommaire ●

7
©stock.adobe.com/dziewul

Horaires et tarif

► Ouverture du 1er novembre avril au 31 mars : tous les jours de 8h à 15h.
► Ouverture du 1er au 29 avril : tous les jours de 8h à 18h.
► Ouverture du 30 avril au 31 août : tous les jours de 8h à 20h.
► Ouverture du 1er au 15 septembre : tous les jours de 8h à 19h30.
► Ouverture du 16 au 30 septembre : tous les jours de 8h à 19h00.
► Ouverture du 1er au 15 octobre : tous les jours de 8h à 18h30.
► Ouverture du 16 au 31 octobre : tous les jours de 8h à 18h00.
Dernière admission 15 min avant l’heure de fermeture.
Cependant, compte tenu des troubles financiers actuels en Grèce, ces heures peuvent changer, il faudra donc toujours vérifier localement les horaires.

► Entrée : 15€ / gratuit pour les moins de 18 ans.
Le palais est entièrement gratuit les jours suivant : le 6 mars (en mémoire de Melina Mercouri) / le 18 avril (Journée internationale des monuments) / le 18 mai (Journée internationale des musées) / le dernier week-end de septembre (journées européennes du patrimoine) / le 28 octobre / et chaque premier dimanche du mois, du 1er novembre au 31 mars.

Bon plan musées 💡 Vous pouvez acheter un billet combiné Palais de Knossos + Musée Archéologique d’Héraklion pour 16€. Le billet est valide pendant 3 jours ! Pas besoin, donc, de courir pour tout faire dans la même journée 😉

● Ouvrir dans GoogleMaps ● En savoir plus ● Retour au Sommaire ●

CES ARTICLES PEUVENT VOUS INTÉRESSER